Nicolas VAPTZAROV  (1909-1942)

Le poète bulgare Nicolas Vaptzarov est né en 1909 à Bansko.Il termine l'école navale et travaille comme chauffeur et mécanicien de locomotive dans les chemins de fer.Auteur du recueil de poésies "Le chant des moteurs", il est hissé  au sommet de la poésie bulgare.En 1953 le Conseil mondial de la paix lui décerne, à titre posthume, le Prix d'honneur de la paix pour l'année 1952. Certains de ses poèmes sont traduits en plusieurs langues,dont "Foi" en 28.

F O I

                               
Voilà, je respire, je travaille, je vis
Et j'écris des vers (à ma façon).
La vie et moi, en fronçant les sourcils,
Nous nous mesurons de regard
Et je lutte contre elle autant que je peux.
Avec la vie nous sommes aux prises,
Mais ne va pas croire, ne va pas croire que je hais la vie.
Au contraire, au contraire!
Même si j'allais mourir,
La vie, avec sa brutale poigne d'acier, je l'aimerais, quand même, je l'aimerais quand même.
Pour elle, la Vie,j'aurais tout fait:
J'aurais volé sur un appareil d'essai dans le ciel,
Je serais entré dans une fusée explosive, tout seul,
J'aurais cherché dans l'espace une inaccessible planète.
J'éprouverais du moins l'agréable frisson de voir
Comment là-haut, le ciel est bleu.
J'éprouverais du moins l'agréable frisson
De vivre encore, d'avoir encore à vivre.
Mais voilà, supposons que vous preniez,combien?
Rien qu'un grain de ma foi.
Alors je hurlerai, je hurlerais de douleur,
Comme une panthère blessée à mort.
Alors de moi, que me resterait-il?
Des après ce pillage, je serais desemparé.
Et plus exactement, et plus clairement encore,
Après ce pillage je ne serais plus rien.
Peut-être voulez-vous l'abattre,ma foi, en des jours heureux, ma foi en demain,
Celle qui fera la vie plus belle, plus pleine de sagesse?
Et comment l'attaqueriez-vous, s'il vous plait? Avec des balles?
Non! Deplace! Pas la peine. Cela ne vaut rien.
Elle est cuirassée solidement dans ma poitrine
Et les balles pouvant percer son armure
Ne sont pas inventées.
Ne sont pas inventées!

                                                          Nicolas Vaptzarov
                                                                                          Traducteur inconnu